Vos 400 magasins de proximité en 1 clic !

Bugnes, crêpes ...

un début d’année gourmand en perspective !

12 janvier 2016

Attendons un peu avant de combattre les kilos en trop et les excès des fêtes de fin d’année : le début de la nouvelle année sera ponctué de nombreuses sessions gourmandes. Mardi Gras, avec ses bugnes, et la Chandeleur, avec ses crêpes, ces fêtes à l’origine religieuses, arrivent à toute vitesse, pour prendre encore un peu d’énergie afin d’affronter les derniers frimas. L’occasion pour nous de faire un point sur ces pâtisseries gourmandes à déguster entre amis ou en famille.

Les crêpes et la Chandeleur : un duo gourmand avant tout

Avant de passer aux crêpes, rappelons que la Chandeleur est en réalité une récupération d’une fête païenne ancestrale qui fêtait le retour des jours plus longs. Une fois récupérée par les Chrétiens, cette fête donna lieu à des distributions de crêpes aux pauvres.

Mais aujourd’hui, quelle que soit sa croyance, la fête de la Chandeleur est surtout passée dans les mœurs comme une habitude, une tradition gourmande et sympathique, sans aucune connotation religieuse pour la plupart des gens. C’est donc surtout l’occasion de déguster de délicieuses crêpes, sucrées essentiellement, pour le plus grand plaisir des petits et des grands.

Les plus gourmands d’entre vous, à l’occasion de la Chandeleur, organiseront même des « repas crêpes » avec au menu : crêpes salées (jambon, œufs, fromages, etc.) en plat de résistance puis crêpes sucrées (beurre-sucre-citron, sucre, pâte à tartiner, confiture, etc.) en dessert. Tout de même, pensez à faire une salade en accompagnement pour éviter l’indigestion et équilibrer un peu le repas…

Bugnes et Mardi Gras : une histoire de catharsis

La bugne, quant à elle, semble une variante un peu plus grasse de la crêpe, apparue dès le 15ème siècle.

Il est intéressant d’ailleurs de noter que Mardi Gras, l’occasion traditionnelle de manger des bugnes, vient également d’une fête païenne qui, elle aussi, avait pour but de fêter la fin de l’hiver.

Une fois récupérée par les Chrétiens, cette fête devient le moment privilégié pour « faire gras » avant le Carême de 40 jours. Mais comme beaucoup de fêtes religieuses, elle a petit à petit perdu de son sens pour devenir essentiellement une occasion comme une autre de se faire plaisir en dégustant ces délicieux petits beignets.

Autant dire qu’en 2016, plus qu’en aucune autre année, il convient de placer le plaisir et la gourmandise en tête de nos priorités, comme une revendication, une manière de dire au monde que nous sommes vivants, et fiers de l’être.

Alors mangez des crêpes, mangez des bugnes, faites-vous plaisir !

Conclusion en forme d’addendum sur les bugnes, « merveilles » et autres « oreillettes »

Si le terme de « bugne », largement utilisé en Rhône-Alpes, prend tout son sens quand on sait qu’il vient de « beigne » qui signifie « bosse » (les bugnes sont des beignets bosselés), il est intéressant de noter que cette pâtisserie de Mardi Gras se retrouve sous de nombreuses appellations et de nombreuses formes :

• On les appelle parfois « Merveilles » ou « Oreillettes » ;
• On les rencontre moelleuses ou craquantes ;
• Plus rares, on trouve également les appellations « bunyettes » et « guenilles »…

Mais en réalité, si l’on se fonde sur la définition du Dictionnaire culturel de la Langue Française, toutes ces pâtisseries correspondent aux bugnes, des pâtisseries de farine, d’œufs, de sucre et de matière grasse, frites…
Votre panier
0 €
Votre panier
0 €
Votre carte Casino
Identifiez-vous
Déjà client

Mot de passe oublié ?
Connectez-vous
Nouveau client
En créant un compte sur notre boutique, vous pourrez passer vos commandes plus rapidement, enregistrer plusieurs adresses de livraison, consulter et suivre vos commandes, et plein d'autres choses encore.
Inscrivez-vous
ici Contenu
ici bas
Info